2e Trophée prairies naturelles AOP Saint-Nectaire

2e Trophée prairies naturelles AOP Saint-Nectaire

L’AOP Saint-Nectaire puise ses caractéristiques et son goût si subtil dans la qualité de l’herbe issue des prairies naturelles. Cette richesse floristique et le maintien de cette biodiversité présentent un enjeu environnemental fort mais aussi un gage de la qualité sensorielle. Afin de valoriser le lien direct entre prairies naturelles et qualité des fromages, l’Interprofession Saint-Nectaire remettra son 2ème Trophée Prairies Naturelles AOP Saint-Nectaire à l’occasion de son cours officiel le 28 juillet prochain. Cette année, le lauréat du concours, représentera le territoire de l’AOP Saint Nectaire pour le concours général agricole national lors du prochain Salon de l’Agriculture à Paris en février 2020.

Le concours des prairies naturelles AOP Saint-Nectaire permet de prendre conscience et de mettre en avant la conciliation des enjeux agricoles et environnementaux en AOP Saint-Nectaire.
La biodiversité des prairies est étroitement liée au territoire et au savoir-faire des éleveurs. L’AOP Saint-Nectaire repose sur des pratiques agricoles souvent empiriques et les prairies naturelles transmises de génération en génération sont un patrimoine paysan souvent sous-estimé.
« L’objectif est de faire prendre conscience aux producteurs de l’intérêt des prairies, de valoriser leurs bonnes pratiques et de le faire savoir aux consommateurs », explique François Peyroux, conseiller développement à l’Interprofession Saint-Nectaire.

Le jury est composé cette année de deux conseillers fourragers (Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme et Établissement Départemental de l’Élevage du Puy-de-Dôme), un botaniste (Conservatoire Botanique du Massif Central), un écologue (INRA) et un représentant des apiculteurs (vice-président de l’Union nationale de l’apiculture française). Cette année le président du jury est Bernard Bonnefoy, président de l’AOP Fin Gras du Mézenc.

La première étape est une première sélection à l’échelle du système d’exploitation. Objectif : juger de l’équilibre entre les services agricoles et environnementaux. Le lait produit avec l’herbe de la zone fait par exemple partie des critères importants.
Les exploitations présélectionnées à la première étape ont présenté alors une parcelle de fauche de leur choix, évaluée selon la grille d’évaluation du concours général agricole des pratiques agroécologiques. Le jury évalue l’équilibre entre les services agricoles et environnementaux rendus par les prairies.

Ainsi 10 parcelles de fauche, situées sur l’Artense, le Cézallier, le Sancy et ses contreforts, entre 800 et 1400 mètres d’altitude, ont été présentées cette année. On y observe une multitude de plantes communes et patrimoniales dont les compositions vont varier selon le contexte pédoclimatique et la gestion de l’éleveur. Elles peuvent être en partie à l’origine du goût typique de notre Saint Nectaire.

Le concours se déroule de la façon suivante : à tour de rôle sur les deux jours, chaque éleveur présente sa parcelle au jury en développant le contexte et l’historique de celle-ci vis-à-vis de son exploitation. Chaque parcelle est ensuite parcourue par le jury qui mesure les différents indicateurs d’évaluation de la prairie selon 3 thématiques : le potentiel agricole et fourrager, le potentiel écologique et le potentiel apicole.

Rendez-vous à la 18ème édition du concours officiel de l’AOP Saint-Nectaire à Orcival le 28 juillet prochain, avec la remise de la palme d’herbe au lauréat !